La Guilde Des Fines Lames

forum du club de jeux de rôle GDFL
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresCalendrierGroupesConnexion

Partagez | 
 

 lectures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
nockjedere
Level épique
avatar

Nombre de messages : 1056
Age : 42
Localisation : Liège Belgique
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: lectures   Dim 11 Nov - 13:41

voici une petite liste de livres que j'ai apprécié:

enchantement, orson scott card:

Dans la clairière d’une forêt ukrainienne, la vie du jeune
Ivan bascule l’année de ses dix ans. Sur un piédestal repose
une jeune fille endormie. Mais cachée par le feuillage, une présence
malveillante le guette... et l’enfant s’enfuit.

Des années plus tard, Ivan, qui est maintenant un étudiant américain
spécialisé dans les langues anciennes slaves, retourne à
Kiev pour ses recherches, puis dans la forêt où gisait la belle
endormie dont il n’a jamais oublié l’image. La clairière
n’a pas changé. La jeune fille est là. Son gardien aussi.
Mais cette fois Ivan ne s’enfuit pas. Cette fois il embrasse la belle qui
s’éveille à son baiser... et l’accompagne au royaume
de Taïna, dans l’Ukraine du IXe siècle.

Avec Enchantement, Orson Scott Card revisite la Belle au bois dormant pour en
faire une fantasy moderne et puissante.


le chant d'Albion, stephen lawhead (3vol.)

Délaissant les rues d'Oxford pour les brumes des Highlands d'Ecosse, Lewis Gillies et son camarade se trouvent brusquement transportés au cœur d’une bataille sanglante, cernés par des guerriers celtes hurlant à pleins poumons. Projetés malgré eux dans cet autre monde, ils vont devoir apprendre très vite à survivre au milieu des barbares, mais aussi à assumer un destin bien peu en rapport avec leur ancienne vie…


« Dans un style qui évoque Tolkien, Lawhead présente un monde d’images chatoyantes. Ce livre est un délice. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gdfl.be
Thomas
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Lecture   Mer 22 Oct - 0:46

Bien que lire soit en passe de devenir une activité illicite, il parait que les joueurs de jeux de rôle, ça lit pas mal; faut les enfermer ces gens-là moi je dis...

Bref, lâchez ici vos lectures favorites, vos découvertes palpitantes à base de papier et d'encre , vos cycles remplis de dragons, de chevaliers, de princesses, et d'anneaux magiques (minimum 15 tomes par cycle)

Du reste, il semble qu'il y aurait quelque chose de nouveau chez Moorcock

Puisque l'information a été éventée, autant mettre les choses au point tout de suite : oui, il existe bien un projet de collaboration avec Michael Moorcock sur des romans d'Elric directement écrits en français. Le principe en serait le suivant : Michael définirait une trame globale (sur laquelle je donnerais éventuellement mon avis), puis j'écrirais le roman - seul. Vous remarquerez toutefois l'emploi du conditionnel : le projet reste en effet suspendu, d'une part, à des questions contractuelles concernant les droits étrangers (ces questions seraient en passe d'être résolues), d'autre part à des considérations personnelles du côté de Michael, qui n'est plus un jeune homme et qui traverse une passe un peu rude. Si tout se passe bien, nous pourrions nous mettre au travail d'ici quelques semaines, ou mois. Je posterai ici-même dès que j'aurais du nouveau.

trouvé sur le blog de Fabrice Colin (les vieux lecteurs de Casus Belli et autres amateurs de jdr français se souviendront de lui)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nockjedere
Level épique
avatar

Nombre de messages : 1056
Age : 42
Localisation : Liège Belgique
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: lectures   Jeu 26 Mar - 20:51

La chambre mortuaire
BIZIEN Jean-Luc
Collection : Grands Détectives
Titre original : La cour des miracles
Code ISBN : 2-264-04676-7
Code CLIL : 231301
Sériel : 4190


se passe en 1888 à Paris, une bonne lecture agréable Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gdfl.be
Thomas
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Dim 10 Mai - 12:07

Conseil lecture:
Claro, Chair électrique, Verticales, 2003. 157 p.

Résumé:
Ils l’ont d’abord expérimentée sur des chiens, des singes, des morses et des éléphanteaux : un carnage. Puis ils l’ont essayée sur un condamné à mort : court-circuit. Finalement Edison a remporté le marché et tout le monde ou presque s’y est mis. Et voilà plus d’un siècle que la chaise électrique remplit Outre-Atlantique son office.

Howard Hordinary - bourreau de Pennsylvannie au chômage technique - a désormais tout loisir de se livrer dans sa cave à d’autres expériences. Assis sur la Chaise, il se surprend à remonter le cours d’une généalogie imaginaire au gré de décharges successives. Et chaque nouvelle séance l’électrise un peu plus, au contact du grand illusioniste Houdini et de Szuszu, la Putain Magnétique. Il lui suffit d’augmenter le voltage et de laisser parler la chair.


Extrait:

Ne manquait plus qu'un volontaire. Ce fut William Kemmler - connu également sous le nom de Billy Hort - qui le premier leva la main, non sans l'avoir préalablement abbatue, dûment munie d'une hache, sur sa compagne, Tillie Ziegler, et cela 26 fois de suite.
(...)
La chaise l'engloutit comme le sable la salive, il s'emmorve dans ses fibres et se retrouve catapulté en plein cirque électrique, dans une hideuse ménagerie mâtinée d'abattoir où ont lieu toutes sortes d'expériences galvano-bestiales, The Godhison Electrical Slaughterhouse ou quelque chose d'approchant. Là, plus léger qu'une particule excrémentielle prise en rafale, il lui est enfin donné de fréquenter d'élégants pachydermes, lesquels, de l'avis général, tirent une jouissance sans bornes du courant électriques qui les torpille, extasiés figés vissés, de la trompe au cul anguillés chatouillés, leur membrum massif battant sourdement la mesure, toumb-toumb-toumb, avec dans le regard une douceur! une folie!! une rêverie!!!, un miroir où fondre toutes les frustrations des bourreaux électriques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Ven 18 Sep - 14:27

Del Toro : « Le beau vampire me fatigue »

Entretien avec Guillermo Del Toro, co-auteur d’un roman fantastique, la Lignée, avec Chuck Hogan.
par Frédérique Roussel


La Lignée - t. 1 de Guillermo del Toro et Chuck Hogan, ED. PRESSES DE LA CITE, SEPT. 2009


A 44 ans, Guillermo Del Toro fait une incursion dans le roman par un quatre mains avec l’auteur américain de thriller Chuck Hogan. Le réalisateur mexicain, qui vit en Nouvelle-Zélande depuis dix mois pour adapter Bilbo le Hobbit de J.R.R. Tolkien, était à Londres en juin pour parler de son roman la  Lignée.

D’où est venue l’idée de la Lignée  ?
En regardant des épisodes de The Wire à la télévision. J’aime la manière dont cette série traite du bien et du mal dans une société bureaucratique. J’ai imaginé un thriller sur une pandémie vampirique avec des personnages qui ne sont pas de grands héros, et que la bureaucratie et la corruption écrasent. Le premier tome traite d’anatomie, le deuxième tournera autour de la spiritualité et le troisième sera religieux avec, sur toute la trilogie, une réinvention du mythe du vampire.

Pourquoi collaborer avec Chuck Hogan  ?
Il existe une efficacité américaine dans la narration qui me fait défaut. J’ai contacté Chuck Hogan dont j’ai adoré le Prince des braqueurs et The Blood Artists. Nous avons écrit le roman sans signer de contrat, seulement sur une poignée de mains. Nous travaillons par mail, une méthode à laquelle je suis habitué puisque je coécris la plupart de mes films. Dans le cas d’un roman, c’est plus confortable  ! Pas de censure, pas de problème de budget, pas de contrainte de temps. Si je veux écrire tout un chapitre sur un garçon assis à une fenêtre, personne ne sera là pour me dire « il faut couper » ou « tu ennuies le public ».

Pourquoi écrire sur les vampires  ?
Il existe deux figures du vampire dans la littérature occidentale depuis Polidori et son Vampire, en 1819. Celle du dandy à la Byron, beau et romantique, et celle de la créature terrifiante, ni morte ni vivante, qui suce le sang des humains. Le second modèle a été un peu éclipsé ces quinze dernières années. Grand lecteur de littérature d’horreur, je n’ai jamais vu un seul roman qui traite dans les détails de l’anatomie et de la physiologie des vampires. J’ai tenté d’explorer cet aspect dans mes films Cronos et Blade 2. Mais je me suis senti insatisfait.

Quel est votre type  ?
J’ai essayé de récupérer le vampire le plus sauvage du folklore d’Europe de l’Est. Dans la mythologie polonaise, par exemple, le vampire a un dard dans la bouche à la place des dents, comme une abeille. Je l’avais lu dans mon enfance, et je l’ai repris. Ou des croyances moins connues, comme les différents moyens de s’en protéger, l’argent, le sang mélangé au pain, etc. Petit à petit, notre trilogie explore tout ce folklore. Nous y rajoutons l’aspect biologique comme un moyen supplémentaire d’y croire encore. Expliquer le fonctionnement des vampires leur confère une véracité supplémentaire. Je décris leurs organes, de quelle couleur est leur sang, ce qui arrive à leurs organes génitaux, à leur cœur… Je suis obsédé par la biologie depuis toujours. Mon père possédait une encyclopédie de médecine et je suis devenu un hypocondriaque professionnel. A 7 ans, je croyais que j’avais des vers dans la tête…

Avez-vous lu beaucoup du genre  ?
Depuis ma plus tendre enfance à Guadalajara au Mexique. Je lisais dans mon lit et continuais sous les couvertures quand il fallait éteindre la lumière. J’ai arrêté de lire au lit, c’est une mauvaise habitude. On s’endort, on perd le fil. Je n’aime pas ça. Aujourd’hui, j’ai une maison à Los Angeles dédiée aux livres que j’ai accumulés toute ma vie. Elle est aménagée avec des recoins, des lampes, des glaces… et j’aime lire là. Elle est organisée en bibliothèques  : une pour l’horreur, une pour les contes de fées, une autre pour les comics, etc. La partie dédiée à l’horreur regorge d’ouvrages sur les vampires, à la fois des traités et des ouvrages de fiction. J’en ai lu beaucoup depuis les années 80, mais moins récemment parce que les vampires romantiques me fatiguent. La tyrannie de la jeunesse et de la beauté est suffisamment ennuyeuse dans le monde réel pour que je n’aie pas envie de la retrouver dans des romans.

Croyez-vous aux vampires  ?
Non. Mais eux ils y croient. L’imagination collective croit aux dragons, mais ils n’existent pas physiquement. Ils existent parce que tout l’héritage imaginaire du monde est aussi important qu’un foutu morceau de squelette. Je crois que tout notre monde intérieur est aussi réel que notre monde extérieur.

Votre roman se situe dans deux endroits tragiques de l’histoire, à Treblinka et au sous-sol des Twin Towers, pourquoi  ?
Nous avons pensé dès le début à des nidifications de vampires, sensibles aux lieux de tragédie et de douleur. C’est dans leur origine et la raison en est donnée dans le troisième tome. Je voulais montrer que, à côté des crimes commis par les vampires, il y a des humains aussi brutaux, voire plus.

Le mal absolu apparaît incarné par l’homme d’affaires Eldritch Palmer, plutôt que par les vampires…
Le mal vient toujours du choix. Idem pour le bien. Si vous faites le bien sur demande, alors allez vous faire voir. Si vous faites le bien alors qu’on veut vous en empêcher, c’est mieux. C’est un choix. Les choix sont ce qui nous font. Vous pouvez trouver adorable un ours polaire. Si cet ours polaire tue un esquimau, il reste beau. C’est horrible à voir, mais ce n’est pas le mal. L’ours polaire n’a pas le choix. Ni le vampire.

Pourquoi cette résurgence, ou plutôt cette mode, aujourd’hui  ?
Les vampires ont toujours existé. Rêver aux événements de notre vie est mortellement ennuyeux. Rêver de monter dans une voiture, d’aller au supermarché, etc., c’est assommant. Mais rêver de voler ou de tomber, c’est fantastique. Les aborigènes d’Australie pensent qu’il existe deux temps  : le temps réel et le temps du rêve. Les vampires font partie du temps du rêve collectif. Nous avons besoin d’eux pour nous comprendre nous-mêmes, pour y voir notre humanité ou notre inhumanité. Cette mode vient, selon moi, du fait que nous nous ennuyons à mort avec ce reality show qu’est notre vie matérialiste. L’existentialisme est aujourd’hui prépackagé sur un iPod. Nous vivons dans un monde où la rébellion s’achète en magasin. Tout est devenu complètement banal.*

Votre livre préféré sur le sujet  ?
Le Traité sur les apparitions des esprits et sur les vampires écrit en 1746 par un frère, Dom Augustin Calmet. Je l’ai lu à 7 ans, et il m’a impressionné par son aridité factuelle. Quelque chose présenté comme réel a un poids différent. J’aime aussi le Polidori, ou Je suis une légende de Matheson… Je ne suis pas du tout attiré par la saga de Stephenie Meyer. J’essaie de ne pas lire par obligation  ! De beaux vampires ne me parlent pas. Comme les mannequins dans les magazines et à la télévision… Pourquoi devrais-je en plus me coltiner de belles personnes dans mes histoires de vampire  ? Parle-moi d’une fille plutôt vilaine, qui rencontre un enfant vampire laid et décomposé, je suis là. Tu me parles d’une belle jeune fille américaine qui tombe amoureuse d’un beau vampire végétarien, ça ne m’attire pas. Je hais la perfection. Et je hais l’idée de perfection. Nous ne nous permettons pas aux uns et aux autres d’être imparfaits aujourd’hui. Cette obsession incroyable pour la pureté, la perfection  ! Mon corps est un parc d’attractions et pas un temple. Je vais au temple pour prier, je n’ai pas envie de prier dans mon propre corps. J’ai envie d’avoir du plaisir. Et c’est moi qui décide.

Paru dans Libération du 17 septembre 2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred 'Garall'
Déva astral
avatar

Nombre de messages : 629
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: lectures   Ven 18 Sep - 16:20

Et le livre est bien?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NicoChine
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 360
Age : 41
Date d'inscription : 06/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Ven 18 Sep - 16:39

Tu crois quand meme pas qu'il les lit ^^

Il fait juste du remplissage de forum ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred 'Garall'
Déva astral
avatar

Nombre de messages : 629
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: lectures   Ven 18 Sep - 16:39

C'est bien ce que je me disais xd
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Ven 18 Sep - 16:47

Fred 'Garall' a écrit:
C'est bien ce que je me disais xd

Bande de méchants, mais je dois reconnaitre que la litt. fantastique n'est plus trop ma tasse de thé.
Promis, vous aurez votre CR du Livre des Violences de W. T. Vollmann
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NicoChine
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 360
Age : 41
Date d'inscription : 06/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Ven 18 Sep - 23:13

Le Trône de fer
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Trône de fer est une série de fantasy écrite par George R. R. Martin. Il s'agit de son œuvre la plus connue. Elle est à l'origine d'un jeu de cartes et d'un jeu de société très connus en Amérique du Nord. Ces livres sont connus pour leurs personnages extrêmement détaillés et vivants, leurs renversements radicaux de situations, et leurs intrigues politiques. Dans un genre où la magie tient généralement le premier rôle, cette série fait au contraire rarement appel à celle-ci, qui est décrite au début du roman comme un phénomène ayant existé mais ayant pratiquement disparu ; cela ne la rend que plus intrigante.

George R. R. Martin a annoncé en janvier 2007 qu'il avait signé un contrat avec la société de production HBO, qui a acheté les droits d'adaptation en série télévisée. L'auteur a confirmé le 21 avril 2009 qu'un épisode pilote sera bien filmé en octobre de cette même année. Le tournage aura lieu en Irlande du Nord. Si elle rencontre un succès, la série pourrait comporter sept saisons, une pour chaque tome. Elle sera produite par la chaîne HBO et écrite par David Benioff (Troie) et D.B.Weiss (Halo). Tous les épisodes seraient écrits par ces derniers à l'exception d'un par saison que l'auteur se réserve (il avait travaillé dans ce domaine avant d'être auteur). La production sera réalisée en partenariat avec la BBC.

Le titre original en anglais est : « A Song of Ice and Fire » soit, littéralement : « Un chant de glace et de feu » (dans la traduction française apparaît le terme « la geste de la glace et du feu »).

Les livres

Quand elle sera terminée, la série devrait comprendre sept tomes. Quatre ont déjà été publiés en anglais, il s'agit de :

* A Game of Thrones (1996)
* A Clash of Kings (1999)
* A Storm of Swords (2000)
* A Feast for Crows (2005)

D'autres sont à venir :

* A Dance with Dragons
* The Winds of Winter
* A Dream of Spring

Au départ, Martin pensait écrire une trilogie, mais avec le temps il a revu son estimation à la hausse. À la sortie de A Storm of Swords, il a annoncé qu'il y aurait six livres. Après A Storm of Swords, il a commencé à écrire A Dance with Dragons, dont l'histoire devait se dérouler cinq ans après A Storm of Swords. Mais Martin annonça ensuite qu'il avait abandonné son idée de saut de cinq ans et reprendrait l'histoire là où A Storm of Swords l'avait laissée. Ce changement, dû au fait que cela "ne fonctionnait pas" et l'obligeait à faire beaucoup trop de flashback, provoqua une longue attente pour les fans.

Le manuscrit de son quatrième tome devenant trop important, il dut le couper en deux, et décida de faire la séparation en fonction des personnages. Ainsi, A Feast for Crows (tome 10 à 12 en français) concerne les évènements à Port-Réal, dans les Iles de Fer et à Dorne, tandis que A Dance with Dragons s'attardera principalement sur le Nord et sur le continent de l'est. Ce chiffre prévisionnel de sept livres est d'ailleurs heureux, car il correspond au nombre de divinités des habitants du Sud de Westeros, continent imaginaire sur lequel se déroule la majeure partie du cycle.

Deux nouvelles qui se déroulent dans l'univers de A Song of Ice and Fire ont également été publiées. Elles traitent de la vie d'un jeune chevalier, à peu près 90 ans avant les évènements de A Game of Thrones. The Hedge Knight et The Sworn Sword ont été publiées dans les anthologies Legends et Legends II. The Hedge Knight a aussi été publiée sous la forme d'une série de six comics, qui ont plus tard été combinés en un seul volume. La même adaptation est en cours pour The Sworn Sword.

Publication française

En France la série est publiée sous le titre Le Trône de fer par l'éditeur Pygmalion, et en poche par J'ai Lu. Les tomes suivent un découpage différent de celui de la version originale. Jean Sola est le traducteur attitré de l'œuvre (à l'exception de la nouvelle Le Chevalier Errant). Actuellement sont disponibles :

1. Le trône de fer (A Game of Thrones 1/2)
2. Le donjon rouge (A Game of Thrones 2/2)
3. La bataille des rois (A Clash of Kings 1/3)
4. L'ombre maléfique (A Clash of Kings 2/3)
5. L'invincible forteresse (A Clash of Kings 3/3)
6. Les brigands (Intrigues à Port-Réal pour la version poche) (A Storm of Swords 1/4)
7. L'épée de feu (A Storm of Swords 2/4)
8. Les noces pourpres (A Storm of Swords 3/4)
9. La loi du régicide (A Storm of Swords 4/4)
10. Le chaos (A Feast for Crows 1/3)
11. Les sables de Dorne (A Feast for Crows 2/3)
12. Un festin pour les corbeaux (A Feast for Crows 3/3)

Les deux nouvelles ont également été publiées en français. Le Chevalier Errant dans l'anthologie Légendes (éditions 84 et J'ai Lu), et L'épée lige dans l'anthologie Légendes de la Fantasy I (éditions Pygmalion et J'ai Lu), toutes deux présentées par Robert Silverberg. Un livre regroupant ces deux nouvelles a ensuite été publié en 2008 par Pygmalion sous le titre "Le Chevalier Errant * L'Epée Lige".

Histoire

Le Trône de Fer se situe dans un univers rappelant l'Europe du Moyen Âge, excepté le fait que les saisons peuvent durer une dizaine d'années. L'intrigue se passe essentiellement dans les Sept Couronnes, un pays dirigé par plusieurs grandes maisons (ou familles) dont une possède le pouvoir royal. Ces Maisons ont chacune leur propre domaine, leurs propres bannerets et leur propre blason, mais aussi leurs propres intérêts. Cela crée des interactions et des intrigues politiques riches et complexes. Au nombre de neuf, ces maisons sont : la Maison Stark, la Maison Baratheon, la Maison Lannister, la Maison Targaryen, la Maison Tully, la Maison Greyjoy, la Maison Arryn, la Maison Tyrell et la Maison Martell.

Dominée par les membres des deux grandes maisons (Lannister et Stark), l'histoire est présentée à travers la vision de plus d'une dizaine de personnages principaux et prend place sur le continent de Westeros et un autre grand continent situé plus à l'est. L'histoire est plus particulièrement présentée du point de vue d'une Maison : la Maison Stark, les anciens rois du Nord, durant les A game of thrones (les deux premiers tomes en français). Cependant, les personnages auxquels le lecteur a tendance à s'attacher n'en sont pas pour autant épargnés et on apprend à aimer ceux qu'on considérait comme des « méchants » au début de l'histoire.

Personnages

Les neuf grandes Maisons

La maison Stark (le loup garou)
Eddard Stark et Catelyn Stark (née Tully) sont les parents de Robb Stark, Sansa Stark, Arya Stark, Brandon Stark et Rickon Stark.
De plus Eddard Stark est aussi le père du bâtard Jon Snow, qu'il élève comme ses autres enfants, et il refuse de révéler le nom de la mère de celui-ci.

La maison Baratheon (le cerf couronné)
Robert Baratheon occupe le trône de fer depuis la Rébellion qui a mis fin au règne des Targaryen. C'est un ami d'Eddard Stark et le frère aîné de Stannis Baratheon et Renly Baratheon.
Robert est l'époux de Cersei Lannister. Ses héritiers sont Joffrey Baratheon, Tommen Baratheon, et Myrcella Baratheon.

La maison Lannister (le lion)
Tywin Lannister est le chef de la redoutable maison Lannister, il a trois frères Tygett Lannister, Gerion Lannister, Kevan Lannister et une soeur Genna épouse d'Emmon Frey. Il est le père de trois enfants : la reine Cersei, Jaime Lannister (jumeau de Cersei, surnommé le Régicide « Kingslayer ») et Tyrion Lannister, un nain.

La maison Targaryen (le dragon tricéphale)
Viserys Targaryen et Daenerys Targaryen sont les derniers représentants de cette maison qui a régné sur les Sept Royaumes jusqu'à la Rébellion de Robert Baratheon.

La maison Tully (la truite)
Lord Hoster est le chef de la Maison et le père de Catelyn Stark, de Lysa Arryn, et d'Edmure. Son frère Brynden, surnommé le Silure, a quitté le Conflans pour aller servir sa nièce Lysa.

La maison Tyrell (la rose)
Lord Mace marié à Alerie Florent est le chef de la maison. Il a eu trois fils : Willos, ser Garlan et ser Loras ; et une fille Margaery Tyrell.

La maison Arryn (le faucon)
Lord Jon, Main de Robert Baratheon, dont la mort n'est que le prémisse du chaos qui remplira les royaumes, était le chef de la maison. C'est maintenant sa femme, Lysa Arryn, née Tully qui dirige la Maison Arryn et élève son fils souffreteux Robert Arryn.

La maison Martell (le soleil traversé d'une lance)
On découvre cette maison, assez tardivement, dans A Storm of Swords.
Son chef est Doran Martell, prince de Dorne. C'est un homme intelligent mais très malade dont la sœur Elia Martell a été tuée lors de la Rebellion. Marié avec lady Mellaro de Norvos, il a eu trois enfants : Arianne Martell, Quentyn Martell et Tristan Martell.
Enfin, il a un frère, Oberyn, surnommé la Vipère, plus jeune et bien plus agressif.

La maison Greyjoy (la seiche)
Balon Greyjoy en est à la tête. Son fils Theon Greyjoy a été élevé par Eddard Stark, étant gardé par celui-ci comme otage depuis l'échec de la rébellion des Greyjoy. Il a également une fille, Asha, et trois frères : Euron Greyjoy le Choucas, Victarion Greyjoy, capitaine de la Flotte de Fer, et Aeron Greyjoy prêtre du Dieu Noyé.

La maison Clegane (trois chiens de chasse)
Cette maison fut fondée par un maître-chien dont les limiers sauvèrent Lord Tytos Lannister d'une lionne. Ayant perdu sa jambe et trois de ses limiers en sauvant son seigneur, il fut en conséquence fait chevalier, doté d'un fief ainsi que d'un nom, Clegane. Vassal des Lannister, il se rendit cependant moins « célèbre » que ses petits-fils, ser Gregor Clegane, dit « la Montagne », colosse brutal et vicieux de huit pieds de haut, et Sandor Clegane, dit le « Limier » bouclier-lige de Joffrey Baratheon, et un des plus redoutables guerriers du royaume avec Jaime Lannister dit le Régicide, Oberyn Martell dit la Vipère Rouge et ser Barristan Selmy dit le Hardi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Jeu 1 Oct - 12:23

Cormac McCarthy, Un enfant de Dieu, Points, 170 p., 6.50€




Dans son deuxième roman, Cormac McCarthy raconte l'histoire de Lester Ballard, monstre parmi les hommes, fou parmi les animaux. Situé dans les sombres provinces des Appalaches, dans une région "où le bon Dieu semble pas vouloir qu'on habite", ce roman déploie dans une langue boueuse, à la fois dense et fluide, une horreur noire et calme - les meurtres, les monstruosités que commet Lesterd sont enregistrés sans compassion ni condamnation, ni même explication; les faits objectifs sont présentés et s 'enchaînent, laissant le lecteur tout seul face à l'obscurité.

Extraits:

"Il était petit, crasseux, mal rasé, une brutalité contenue. Un enfant de Dieu, sans doute comme vous et moi."

-----

"Troll de la montagne rendu fou, cramponné d'une main à son pantalon maculé de sang et poussant des cris inarticulés, aigus, déments, jaillissant des bois et se précipitant sur la piste de gravier derrière un camion qui s'éloignait tous feux éteints, happé par l'obscurité dans la poussière montante. Dans la descente , il martela pesamment la montagne jusqu'à ce qu'il ne fût plus capable ni de courir ni d'avoir assez de souffle pour lui crier après. Bientôt il s'arrêta pour boucler sa ceinture et titubant, se tenant le côté, effondré, respirant fort et se parlant à lui-même: T'iras pas loin , espèce de crevure. Il était à mi chemin de la montagne quand il se rendit compte qu'il n'avait pas le fusil. Il s'arrêta. Puis, reprit tout de même la route.

Quand il déboucha sur la route de la vallée il baissa les yeux en direction de la grande route. La chaussée, sous le clair de lune, s'allongeait sous une traînée de poussière en légère suspension comme une rivière sous un manteau de brume aussi loin qu'il pouvait voir. Dans sa poitrine le coeur de Ballard pesait comme une pierre. Il s'accroupit dans la poussière de la route jusqu'à ce qu'il eût repris son souffle. Puis il se leva et repartit dans la montagne. Il tenta de courir tout d'abord mais en fut incapable. Il lui fallut presque une heure pour parcourir les trois miles jusqu'en haut.

Il trouva le fusil là où il était tombé du pare-choc du camion, le vérifia et s'en alla ensuite dans les bois. Elle était couchée comme il l'avait laissée et elle était froide, raidie par la mort. Ballard hurla des obscénités à s'en étrangler puis il s'agenouilla, s'escrima à la charger sur ses épaules et se releva péniblement. Déboulant de la montagne avec cette chose sur le dos il ressemblait à un homme assailli par quelque abominable succube, la fille morte le chevauchant, les jambes écartées et repliées, telle une grenouille monstrueuse."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Sam 3 Oct - 17:04

Seumas O'Kelly, La tombe du tisserand, Attila, 123 pages, 15€.




Citation :
Dans un village aux confins de la campagne irlandaise, un homme est mort. Il était si âgé qu'une place lui est encore réservée dans l'ancien cimetière, déjà entré dans l'ordre des légendes. Cloon na Morav le champ des morts, est une enclave hors du temps, où les tombes oubliées s'usent comme des montagnes, où le ciel semble encore plus grand.
La veuve est là, accompagnée de deux fossoyeurs et de leurs pelles. Et, comme on ne sait pas très bien où inhumer le mort, deux anciens, sortis des limbes mènent l'expédition. Deux vieillards têtus ; fantasques, à la mémoire vacillante. Tout heureux de cette aventure qui les arrache à leur solitude, ils vont prendre un plaisir cruel à ne pas s'entendre.
La tombe du tisserand est introuvable. Sa recherche se transforme en duel dérisoire entre les vieillards et en stupeur de la veuve avec, pour spectateur, ce mort qui a perdu sa tombe.

Sur cette histoire aussi simple que géniale, O'Kelly nous brosse, à travers sept personnages et un mort, le portrait d'un village irlandais du début du XXème siècle, tout perdu dans ses traditions et dans sa campagne. Mais il le fait avec une certaine manière: à la fois corrosif, tendre et moqueur, son texte s'amuse et est là pour amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeanyves
Ogre zombi


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 05/02/2007

MessageSujet: Re: lectures   Lun 5 Oct - 17:41

alors moi, le dernier livre que j'ai apprécier est de chuck palahniuk l'auteur de fight club ( que je recommande a la lecture également ).

il s'agit donc de Peste son dernier livre qui raconte l'histoire de buster Casey alias rant, celui qui aurait, dit on, amené la peste sur l'humanité ( on a ici le thème de la transmission animale - humain cher a nos nouveaux prophètes de malheur cf H1N1 et grippe aviaire ).
le récit est rédigé sous forme d'une biographie orale laissant chacun libre d'interpréter l'histoire a sa façon puisque les intervenants donne leur point de vue et on ressent bien les différentes grilles de lecture découlant de l'éducation, de la position sociale et du schéma de pensées de l'interlocuteur.
c'est donc un livre assez original dans son écriture et on se demande quelle direction le récit va prendre au fur a mesure de la lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Ven 30 Oct - 14:37



H.P. Lovecraft, The Dunwich Horror, audio book (en anglais pig )
A écouter et à télécharger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chris
Déva astral
avatar

Nombre de messages : 575
Age : 33
Date d'inscription : 06/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Ven 30 Oct - 22:44

Karen Travis, la cité de perle 1, Les Guerres Wess'harr

Le premier livre d'un série écrite par une des auteurs de star wars, accrédité par le fameux Georges. Mais ici, on est bien loin de l'univers rocambolesque de star wars. L'humanité vient juste de découvrir une premiere planete vraiment habitable, dans un galaxie lointaine, tres lointaine ... et une petite équipe est envoyé en reconnaissance pour savoir ce qu'il est advenu des premiers colons précédemment envoyé la bas.

On découvre tres vite que ceux ci sont entrée en contact avec des races extraterrestres, et que ces races vivent selon des modeles ethique tres écologique. S'engagent ensuite un roman autour d'une course au pouvoir pr posseder un symbiote, qui revolutionnerait la médecine, et nos durée de vie, le tout sur un fond de bataille de super conglomerat.

Roman interressant, surtout d'un point de vue de la présentation du comportement humain, ainsi que sur ses conportements écologique. Les races extraterrestres representent ici les 3 cas possible de l'humanité ( mouton, supra écologiste ou supra technologique)

Seul bémol, une histoire un peu lente, mais compensé par une tres bonne plume ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://despicable-min-maxer-life.blogspot.be/
Thomas
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Mer 2 Déc - 12:23

Don DeLillo, L'Homme qui tombe, Actes Sud.

Le 11 septembre. Et cet "espace-temps de pluie de cendres et de presque nuit", le chaos qui s'abattit sur New York. Keith était dans la tour et, dehors, tenant une mallette qu'il sait ne pas être à lui, il se dirige le visage en sang chez son ex-femme. L'Amérique doit se reconstruire, tout comme Lianne et Keith vont tenter de reformer leur couple, pour l'intérêt de Justin, leur enfant, pour eux aussi, briser cette solitude et examiner à deux la mémoire d'un pays traumatisé.
A partir de cette trame, DeLillo construit un roman labyrinthique. On suit Keith qui va retrouver le propriétaire de la mallette, la seule personne qui pourrait lui permettre de partager ce qui s'est passé ce jour-là, et qui finira dévoré par le poker. On suit Lianne qui s'occupe d'un atelier d'écriture pour des personnes atteintes par la maladie d'Alzheimer. De sa mère aussi, qui décrépit sous les yeux de sa fille; Martin, l'amant de cette mère, un européen au passé trouble n'hésitant à secouer une Amérique et un couple qui étouffent encore sous le choc récent:

"Mais c'est bien pour ça que vous aviez construit les tours, non? N'ont-elles pas été conçues comme des fantasmes de richesses et de puissance, destinés à devenir un jour des fantasmes de destruction? C'est pour la voir s'écrouler que l'on construit une chose pareille. La provocation est évidente. Quelle autre raison aurait-on de la dresser si haut et puis de la faire en double, de la dupliquer? C'est un fantasme, alors pourquoi ne pas le répéter deux fois? Ce que vous dites c'est: la voici, démolissez-la."

On suit aussi Justin, leur fils, qui scrute dans le ciel dans l'espoir ou la crainte d'apercevoir Bill Lawton, mythe ou fantasme né d'un jeu enfantin.
Et puis il y a l'homme qui tombe, un inconnu, un artiste performer, qui muettement escalade New York pour se jeter dans le vide, attaché par un harnais, rappelle à tout le monde les corps se jetant des tours.

Brisant, morcelant le récit, suspendant ses dialogues dans le vide, Don DeLillo nous montre à voir un monde qui tente de réactiver la sacro-sainte opération du sens, de la nomination et de la mémoire, en vain.
Roman erratique, exigeant mais qui n'est pas sans récompenser le lecteur.

"Il y avait une chose définitive, trop évidente pour qu'on eût besoin de la dire. Elle voulait être en sécurité dans ce monde et ce n'était pas son cas à lui"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas
tarasque géante
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 34
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Re: lectures   Mar 20 Avr - 8:28

La Confrérie des mutilés, Brian Evenson, Le Cherche Midi, coll. "Lot 49", 220 pages, 17€

Kline, détective privé, dépérit lentement dans son appartement, tentant bien que mal de s'habituer à son moignon et à l'absence de sa main droite, perdue lors de sa confrontation avec l'homme au hachoir, qu'il abattit froidement d'une balle dans l'oeil:

Il considérait cet acte comme profondément moral, d'une moralité toute biblique, digne de l'Ancien Testament: oeil pour main, et une belle somme d'argent en prime. Qu'un cerveau et un crâne eussent été indissociable de l'oeil était anecdotique.

Tout en contemplant son moignon, il reçoit d'étranges coups de téléphone. Deux hommes désirent lui confier une nouvelle enquête. Enrôlé de force, il découvre la Confrérie des mutilés, une société secrète regroupant des mutilés volontaires où le nombre d'amputation indique votre place dans la hiérarchie de cette drôle de secte.

"Il ouvrit le casier. Des calendriers y étaient entassés; à chaque mois était associée une femme plus ou moins dénudée, au sourire frénétique. Il lui fallut un certain temps avant de s'apercevoir qu'il manquait un pouce à la fille de janvier. Plus les mois avançaient, plus les handicaps devenaient évidents et nombreux: il manquait un sein à la fille de mars, les deux seins, une main et un avant-bras à celle de juillet. De la fille de décembre, il ne restait guère que le torse; ses seins avaient été tranchés et elle portait une écharpe blanche en bandoulière frappée de l'inscription de 'Miss Minimum'"
(...)
"- Qui est Borchert?
- L'important, ce n'est pas qui il est, mais ce qu'il est. Un douze, voilà ce qu'il est.
- Douze?
- Exactement, dit Gous, qui se mit ensuite à réciter comme un écolier: jambe, orteil, orteil, orteil, orteil, orteil, bras gauche, doigt, doigt, oreille, oeil, oreille."


Menacée par un schisme, fragilisée par un assassinat, la Confrérie des Mutilés s'en remet à Kline pour la sauver mais l'affaire est loin d'être gagnée dans cette sordide secte où les secrets se monnayent contre des amputations.

Par la suite, on y rencontre une faction rebelle, fondée sur l'héritage du pianiste manchot Paul Wittgenstein, le frère du philosophe, qui voit en Kline l'Ange de la Colère divine, chargé de terrasser les faux prophètes.

Entre discussion théologique absconse (un doigt amputé vaut-il une main coupée? faut-il classer les amputation entre mineure et majeure? les pondérer suivant le poids du membre coupé?), humour viscéralement noir et description salement gore, Brian Evenson conduit adroitement son récit grand-guignolesque et volontairement excessif, chaque page plus bizarre et plus dégueulasse que la précédente, jusqu'au combat final, apocalypse grandiose et macabre, où aucune rédemption ne sera accordée. Jubilatoire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nockjedere
Level épique
avatar

Nombre de messages : 1056
Age : 42
Localisation : Liège Belgique
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: lectures   Sam 5 Juin - 18:46

Pluto, Naoki Urasawa et Osamu Tezuka, Kana

Dans le monde futuriste de Tezuka, la société voit les êtres humains partager leur vie quotidienne avec des robots qui leurs ressemblent étrangement. Ces robots vivent, pensent, agissent, vont a l'école, font des enquêtes, sont secrétaires, chauffeurs de taxi… Un code de loi régit la vie des robots comme par exemple le fait qu'il leur est interdit de tuer le moindre être humain.

L'inspecteur Gesicht d'Europol est un robot fatigué et déprimé qui se voit confier une nouvelle enquête : découvrir qui, et pourquoi, assassine l'un après l'autre les robots les plus puissants de la planète… Chaque corps (robots ou humain) se retrouve avec des cornes plantés dans le crâne par le meurtrier.

Chaque victime a en commun d'être des robots ou des humains vétérans de la 39e guerre d'Asie mais tous ont maintenant une nouvelle vie plus calme et rangée comme Mont Blanc, la première victime, qui était devenu garde forestier.

En dépit du fait qu'il n'est pas le héros, Astro, le personnage principal de l'ancienne version de l'histoire, est présent comme personnage récurrent dans cette adaptation.
Genèse de la série

Naoki Urasawa n'a que quatre ans quand il découvre en juin 1964 Tetsuwan Atomu : le robot le plus puissant du monde et Le Soleil artificiel qui le passionnent tellement qu'il se met à dessiner, recopiant les personnages sur ses cahiers et les signant sous le nom du créateur Osamu Tezuka[1].

Une quarantaine d'années plus tard, il reprend alors cette œuvre grâce au petit-fils du créateur qui, en 2003, lui confie l'histoire du Robot le plus fort du monde à l'occasion de l'anniversaire fictif d'Astro (né le 7 avril 2003 dans le récit). Pluto est alors pré-publié dans la revue japonaise Big Comic Original par l'éditeur Shōgakukan à partir du 9 septembre 2003, et s'achève le 5 avril 2009.

Après avoir découvert les deux séries best-sellers 20th Century Boys et Monster, la série tarde à sortir en France, les fans s'impatientent et finissent par acheter les versions anglaises de Pluto. La société Kana annonce finalement l'acquisition des droits de Pluto en France en octobre 2009, et la publication de ses deux premiers tomes le 5 février 2010. En raison du retard suite à un problème de livraison, Kana la reporte au 19 février 2010.

source: wikipedia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gdfl.be
nockjedere
Level épique
avatar

Nombre de messages : 1056
Age : 42
Localisation : Liège Belgique
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: lectures   Sam 5 Juin - 18:54

10 ans pour les éditions Bragelonne!


10 ans, 10 livres, 10 euros. Tel est le principe de l'opération spéciale qui fêtera les 10 ans de Bragelonne.

L'idée est de remettre en avant les ouvrages de la première année de publication de Bragelonne (entre Octobre 2000 et fin 2001).

Lesdits ouvrages seront proposés pour la modique somme de 10 euros.

Il s'agira de grands formats avec une maquette spéciale et limités à environ 1 500 exemplaires par titre. Autant dire qu'il n'y en aura pas partout et pour tout le monde !

Sont concernés :

Ayesha d'Ange
Lord of the ringards de Henry N. Beard, Douglas C. Kenney
Wonderful de David Calvo
A vos souhaits de Fabrice Colin
Le maître du temps de Louise Cooper
Les Feals de Mathieu Gaborit
Légende de David Gemmell
Waylander de David Gemmell
La Moira de Henri Loevenbruck
Orcs de Stan Nicholls

Un voyage dans le passé à ce prix là, ça ne se refuse pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gdfl.be
Lucas
Géant des collines
avatar

Nombre de messages : 75
Age : 24
Localisation : Liège, centre-ville
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: lectures   Sam 5 Juin - 21:24

nockjedere a écrit:
10 ans pour les éditions Bragelonne!


10 ans, 10 livres, 10 euros. Tel est le principe de l'opération spéciale qui fêtera les 10 ans de Bragelonne.


Et sais-tu où trouver ces ouvrages ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baalka
Tarasque


Nombre de messages : 204
Age : 23
Localisation : Chaudfontaine
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: lectures   Sam 5 Juin - 23:49

C'est dommage, j'en ai déjà la majorité^^ sachant qu'il ne s'agit pas d'une réduction mais bien d'une édition spéciale, je suppose que tu les as à 10€ dans toutes les librairies =) Pour plus d'infos, tu as le forum de bragelonne^^

EDIT : après avoir parcouru ledit forum, il semblerait qu'ils soient bien disponible dans le commerce Wink au pire faut passer par la commande!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nockjedere
Level épique
avatar

Nombre de messages : 1056
Age : 42
Localisation : Liège Belgique
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: lectures   Dim 6 Juin - 0:22

tu les trouves tous normalement en librairies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gdfl.be
Lucas
Géant des collines
avatar

Nombre de messages : 75
Age : 24
Localisation : Liège, centre-ville
Date d'inscription : 30/07/2008

MessageSujet: Re: lectures   Dim 6 Juin - 13:41

Okay merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nockjedere
Level épique
avatar

Nombre de messages : 1056
Age : 42
Localisation : Liège Belgique
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: COL BUCHANAN ; Farlander Le Cœur du Monde - tome 1   Jeu 11 Aoû - 13:47

COL BUCHANAN ; Farlander Le Cœur du Monde - tome 1

"Ash est un farlander, un « homme du lointain » venu d’une île où les hommes ont la peau noire. Il appartient à un ordre d’assassins d’élite, les Roshuns, dont l’arme est la vendetta : quiconque menace leurs clients devient leur cible. Nul ne s’y risque, car nul n’échappe aux Roshuns.
Mais Ash est vieux et malade. Le temps est venu pour lui de prendre un apprenti. Il choisit Nico, un gamin de la cité de Bar-Khos, assiégée depuis dix ans, dernière à résister à un empire d’une atroce cruauté. Affamé, désespéré, Nico n’a pas d’autre choix que de suivre le vieil homme au monastère des Roshuns où il apprendra le meurtre, mais aussi l’amitié et l’amour…
Le jour où l’héritier de l’Empire égorge délibérément une jeune fille portant le sceau des Roshuns, l’ordre exige d’assassiner l’homme le mieux protégé du monde.
Jusqu’ici, tous ont échoué. Ash se propose, il n’a plus rien à perdre."

source: bragelonne

je l'ai lu et j'ai passé un bon moment!

les surprises sont nombreuses, l'auteur arrive à nous prendre au dépourvu, bref, un bon roman de fantasy!


Dernière édition par nockjedere le Jeu 11 Aoû - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gdfl.be
nockjedere
Level épique
avatar

Nombre de messages : 1056
Age : 42
Localisation : Liège Belgique
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: trilogie Zombie de Wellington   Jeu 11 Aoû - 13:58

Zombie Island (Poche) tome 1

"À la suite d’une catastrophe mondiale les pays les plus développés sont envahis par des hordes de zombies cannibales. Seules quelques enclaves subsistent, en Somalie notamment. À la recherche d’un remède au virus, un groupe d’adolescentes surarmées, menées par un vétéran, se rend à New York. Tous se croient préparés au pire. Mais dans l’île de Manhattan en ruine, ils vont bientôt découvrir que la non-mort est loin d’être le destin le plus terrifiant…"

source:milady

la trilogie "zombie" de wellington a débuté sur un blog, après son succès, le livre est sorti en papier suivi de 2 volumes.

aux amateurs je dirai: allez-y! lisez le premier tome, c'est pas mal du tout, wellington innove en matière de zombie, et le premier peut se suffire à lui même

par contre pour les 2 autres tomes... je suis plutôt déçu, ça tourne un peu au grand guignol, c'est limite n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gdfl.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: lectures   

Revenir en haut Aller en bas
 
lectures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vos dernieres lectures...
» Lectures Oriental : Saladin-baîbars
» Et vos lectures?
» Bonne lecture ^^
» Histoires courtes du Vieux monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guilde Des Fines Lames :: Taverne :: Délire et Discussion en Vrac :: Discussions en vrac-
Sauter vers: